Mes ricochets, ricocher, ricochez... de mots en mots

Ecrire. Nier le silence. Donner corps à la vie. Toucher du bout des doigts l'impalpable moment présent. Vivre, tout simplement. A s'en exploser le coeur. On ne sort pas indemne de la vie. On essaie juste de garder intacts les sensations.

27 septembre 2010

Au rythme des saisons

Réveil en pleine nuit, le dos trempé de sueur. Comme un saut en avant, un futur irrémédiable. Tu n'étais plus là. Et je n'ai que mes songes pour me le dire. 

C'est quoi, pour toi, le bonheur? A force de trop chercher la réponse, je me suis perdue dans mes pensées même, et je ne sais plus vraiment ce que je recherchais.

Bien sûr, qu'on a changé, que les matins ne sont plus les mêmes. Bien sûr que ton visage n'est plus une découverte au lever du soleil, que l'habitude a remplacé l'exception. Et alors?

T'as toujours ces moments hors du quotidien, quand tu retrouves ta bouille d'enfant le temps d'un émerveillement. C'est juste que j'ai plus l'impression d'en être la cause. Et je m'émiette, et je me craquelle, et je m'enfonce. 

Toi, t'es mon rayon de soleil. Alors j'ai peur, maintenant que l'été est fini, de te voir disparaître dans le froid de l'hiver.

Dis-moi que les jours les plus beaux sont ceux où le soleil brille sous la neige.

Posté par blue dragonfly à 18:59 - Egocentrisme inhérent - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire